PROJET DE LA BANQUE MONDIALE
22007, Route de Matadi, Binza Ozone Kishasa-Ngaliema
+243 82 36 36 173

Description du projet

Le projet est financé par un don de l’ IDA de 190 millions de dollars et comprend les deux composantes ci-après
Première composante. Amélioration et développement des services d’alimentation en eau potable dans les grands centres urbains (86 millions de dollars). Cette composante se fait au travers de programmes d’investissements et de redressement spécifiques à chaque ville bénéficiaire du Projet. Ces programmes visent essentiellement à développer et améliorer les moyens de production d’eau, en privilégiant le coût de production au m3, améliorer le réseau de distribution et financer les branchements individuels et des systèmes de distribution collectifs. Ils comportent également des mesures pour réduire les pertes, augmenter la productivité et les recouvrements et assurer la viabilité des opérations. Des audits techniques périodiques seront inclus dans cette composante. L’étude ICEA-Mazars a permis de déterminer le programme prioritaire de la REGIDESO permettant un redressement financier de la société. Sur la base de l’ordre de priorité établi pour les travaux, l’étude a déterminer que Kinshasa, Matadi et Lubumbashi (qui représentent 76% du CA de la Regideso) sont les 3 villes susceptibles de bénéficier du programme d’investissement.

Les programmes d’investissements définis dans les 3 villes ont été conçus de manière à contribuer à la viabilité financière de la REGIDESO et à offrir des services adaptés à la demande et aux capacités des ménages. Une attention particulière est également portée sur les services aux ménages démunis et aux quartiers périurbains pauvres. Afin de maximiser l’impact du projet auprès des populations pauvres, cette composante financera le développement du système de distribution d’eau par bornes fontaines, notamment dans les quartiers pauvres. Ce développement sera accompagné de la mise en place d’un mode de gestion viable garantissant le durabilité des équipements et du service rendu aux consommateurs, sur la base des principes suivants:

(i) construction de la BE sur le domaine public,
(ii) consultation des populations pour la définition de l’emplacement le plus approprie de la BF,
(iii) mise en place d’une gestion commerciale par un gérant de la BF payé par un pourcentage sur les ventes réalisées (10% par exemple),
(iv) paiement au comptant des clients venant collecter de l’eau à la borne fontaine,
(v) passage journalier d’un agent de la Regideso pour le relevé de l’index et la collecte de la recette, et
(vi) communication et sensibilisation des populations.

Deuxième composante : Appui à la réforme du secteur, renforcement des capacités et amélioration de la gouvernance (80,90 millions de dollars). Cette composante contribue au redressement opérationnel et financier de la Regideso. Elle comporte les sous composantes suivantes :

a) Contrat de gestion.
b) Un fonds d’investissement d’exploitation
c) Un plan d’optimisation du personnel
d) Programme de communication.:
e) Renforcement des capacités du Ministère de l’Énergie et de la REGIDESO.
f) Amélioration de la gouvernance.
g) Élaboration d’un plan d’actions pour la réduction et la maitrise des consommations d’eau des établissements publics.
h) Étude sur la demande et sur la tarification.
i) Stratégie et Programmes d’assainissement dans les villes bénéficiaires du Projet.

Impact du projet

  • 1 332 000 personnes supplémentaires ont accès à l’eau potable grâce au projet, à raison de :
  • 37 000 à KASANGULU ;
  • 95 000 à LISALA ; et
  • 1 200 000 à TSHIKAPA.
  • Amélioration notable de la desserte en eau potable dans le centre de KASANGULU et rétablissement du Service à Lisala et à Tshikapa interrompu depuis des lustres.
  • Dispositifs d’assainissement adéquats à travers les latrines institutionnelles et autres moyen de ramassage des déchets solides à KASANGULU, LISALA et TSHIKAPA.

Pérennisation des acquis du projet

  • Mobilisation d’un financement nécessaire pour réaliser l’unité de production d’électricité de 2 MW en vue d’alimenter les installations d’AEP TSHIKAPA en énergie électrique en guise de solution durable ;
  • Réalisation des activités de pérennisation des acquis du projet notamment le raccordement des latrines aux réseaux d’eau de la REGIDESO, le renforcement et l’appui institutionnel par la redynamisation des brigades communales d’assainissement, la construction des bâtiments des Centres pour la Promotion de la Femme dans les trois centres, la réhabilitation du laboratoire d’analyses d’eau de la DAS à Kinshasa, etc.;

Principaux objectifs

Le Manuel de procédures formalise les principales règles de gestion administrative, financière et comptable relatives au champ d’application. Il a pour objectifs de :
Fournir un cadre formel d’exécution des opérations à caractère administratif, financier et comptable;• décrire l’organisation administrative, financière et comptable;

Décrire les procédures d’exécution des dépenses et de collecte des recettes dans des conditions garantissant un contrôle interne efficace, en formalisant les contrôles à effectuer au sein de la structure et définir les responsabilités à chaque étape du circuit des documents;

Décrire les procédures à mettre en œuvre par l’ensemble du personnel comptable et administratif ainsi que les tâches qui lui incombent ;

Assurer une efficacité optimale des actions engagées et l’utilisation optimale de l’ensemble des moyens mis en œuvre tels que:

– le personnel ;
– le matériel ;
– les ressources financières.

Maîtriser la connaissance des actions engagées et par conséquent comparer les moyens mis en œuvre aux résultats techniques obtenus ;

Former à cette discipline non seulement le personnel directement engagé dans l’exécution mais aussi l’ensemble des bénéficiaires de l’intervention ;

Améliorer la productivité du personnel impliqué dans la gestion du projet ;

Accroitre la fiabilité des informations ;

Faciliter les opérations de contrôle ;

Assurer une conduite continue, permanente et exhaustive du contrôle interne.

Objectifs

L’objectif du projet consiste à accroître durablement l’accès à l’eau potable dans certains centres urbains de la RDC. Les principaux résultats chiffrés lors de l’évaluation du Projet sont les suivants:

i) accès accru aux services de base d’approvisionnement en eau principalement par le biais des branchements domestiques et de bornes fontaines; ii) réduction des pertes et augmentation de productivité; et iii) assainissement de la situation financière de la Regideso.Le projet contribuera également, de manière directe, à la réalisation des OMD, en particulier le septième (OMD 7) qui consiste à réduire de moitié à l’horizon 2015 le nombre de personnes qui n’ont pas accès d’une façon durable à un approvisionnement en eau potable. À cet égard, on estime que près de 1 millions de citadins auront accès à l’eau potable grâce au projet. Celui-ci contribuera également à la réalisation des OMD ci-après :
OMD 1 (qualité de la vie), OMD 4 (réduire la mortalité infantile), OMD 5 (améliorer la santé maternelle), et OMD 6 (lutter contre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies).
Le groupe visé au premier chef par le PEMU est celui des résidents des villes, notamment les pauvres qui ne sont pas actuellement desservis par la Regideso et sont donc privés d’un accès direct à l’eau potable. Le projet ciblera particulièrement les ménages pauvres par la mise en place de bornes fontaines ou de points d’alimentation de proximité. Il est aussi prévu de renforcer la gestion transparente des bornes fontaines par une intermédiation sociale afin de permettre aux résidents locaux de participer activement à la gestion de l’eau.